Reprise du vélo, et par la même occasion, du fameux Blog « Paris en Vélo », aujourd'hui je vais m'aventurer à l'extrémité de mon quartier, je rappelle que j'habite Paris 15 (Sud Ouest de Paris) et je vais aller voir ce qui se passe au Nord Est de Paris, à Paris 20 pour être plus exact.

La couverture du périphérique à Porte de Lilas est un sujet qui m'intéresse depuis très longtemps, j'avais lu, en mars 2007, que la couverture du périphérique était effective et que nous assistions ainsi à la fin de la frontière entre Paris et sa Banlieue.

Malheureusement vous ne trouverez pas de photos de la Porte des Lilas sur mon blog, n'étant pas un spécialiste de la photo de chantier, je pense que je devrai revenir dans un an ou deux, pour voir si les travaux sont réellement terminés, car je n'ai découvert que gravats, grues, et panneaux de construction.

Je me suis donc informé sur le site internet de la maire de Paris et j'ai pu lire ceci (16/03/07) :

« Les travaux de la dalle de couverture du périphérique porte des Lilas sont achevés. La qualité de vie des riverains est au cœur des objectifs de cet ouvrage : forte diminution des nuisances sonores, amélioration de la liaison avec les communes voisines et de nouveaux espaces de vie en 2012. »

En fait achevé, dans ce cadre là, veut dire « bien commencé », mais en fait il faudra revenir en 2012, lorsque tout ceci sera réellement achevé (mince c'est le même mot mais pas la même définition!).

Villa Godin

Pour le néophyte qui ne connait pas les spécificités de chaque arrondissement parisien, le 2Oième se caractérise essentiellement par la présence d'anciennes maisons ouvrières et aussi par une dose de campagne à Paris. En fait, on retrouve beaucoup de maisons dans ce quartier, qui ont aujourd'hui la particularité d'être préservées et de constituer ainsi un ensemble de villas fort charmant.

Attention toutefois, toutes les villas ne valent pas forcément le coup de se déplacer, ni de les photographier.

Rue de Lesseps

La rue de Lesseps, sans issue, a la particularité d'avoir le seul jardin naturel de Paris crée en 1995, il aurait été certes plus accommodant de présenter une photo de ce jardin naturel, malheureusement il est tellement naturel qu'il est très difficile d'obtenir un bon résultat photographique. Et oui, je ne suis pas plus doué pour les jardins sauvages, que les chantiers.

Le jardin naturel fait partie de ces nouveaux jardins où le paysagiste fait confiance à l'évolution spontanée de la nature. Les oiseaux, les insectes et le vent sont ici les maîtres des plantations, et donc forcément pour l'urbain, pour la famille en poussette, c'est un plus austère qu'un bon parc des familles, on y trouve même une mare avec ses grenouilles et ses nénuphars. En général, j'ai un faible pour les projets écologiques, mais je trouve que certains n'ont toutefois pas leur place dans une grande cité, telle que Paris. En effet, ce jardin est si naturel que j'ai l'impression que les riverains ne peuvent pas profiter pleinement de cet air de repos. Pour un dimanche après-midi, je trouvais ce jardin bien vide comparé aux autres parcs parisiens.

Bref c'est dans les quartiers les plus défavorisés qu'on donne des espaces aux oiseaux et aux grenouilles !

Place des fêtes

Me voici sur la place des fêtes, un dimanche après-midi, d'habitude je pars plutôt le matin, et aujourd'hui je décide d'aller sur la place des fêtes l'après midi, malheureusement c'est le matin que se trouve l'un des marchés les plus populaires de Paris. Bravo pour mon organisation !

Cette mauvaise organisation me permettra toutefois d'apprécier la place des fêtes dans son plus simple élément, avec sa magnifique fontaine.

L'objet pyramidale que nous voyons trôner au centre de la place des fêtes est une fontaine de Martan Pan. L'oeuvre, désolé nous sommes obligés d'appeler cet horreur une oeuvre, a été inaugurée en 1986 et la soi-disant-artiste prononçait ceci à l'époque : "la fontaine est composée de cinq bassins concentriques prolongeant les emmarchements avec une faible dénivellation. Les gradins s’enroulent autour de la fontaine et la relient de tous côtés aux terrains environnants". Le courant d’eau est inversé de bassin en bassin, ce qui augmente visuellement sa rapidité.

Bref 22 ans après, l'objectif qui était d'introduire de l'art vivant dans ce quartier destructuré des immeubles 1960 ne me semble pas atteint.

Par contre, sur cette dalle, un peu de jardin naturel n'aurait peut être pas fait de mal, histoire d'équilibrer un peu contre ce tout-béton.

Eglise Saint-Serge

Voilà j'ai quitté le 20ième arrondissement pour rejoindre le 19ième, je découvre une église invisible de la rue, tout d'abord, j'aperçois une façade accessible par un portail ouvert, ensuite je découvre une ruelle avec une « bibliothèque », installée dans un garage, pour ensuite découvrir sur une petite colline, l'église orthodoxe Saint Serge. La ruelle avec sa bibliothèque et ses batiments non réhabilités ont ce côté interessant qu'ils permettent de se faire une idée des rues il y a fort longtemps; dans cette rue nous avons l'impression que le temps s'est arrêté sur ces bâtiments Parisiens et menacent de s'effondrer à tout moment.

Jardin de quartier -Rue de Crimée Paris et ses statues de Sébastien Combescot.

Voilà deux photos pour le prix d'une, la première permet notamment de voir une « oeuvre » de S. Combescot, un artiste du quartier, qui a intitulé son oeuvre « Tranches de vie »; Heureusement pour nous, il a pris le soin de mettre un texte explicatif pour nous expliquer comment comprendre son oeuvre. Globalement, j'avais une image plutôt positive de ce quartier éloigné, j'appréciais notamment son côté populaire; Toutefois, j'ai l'impression que certains intellectuels ont pris le dessus dans ce quartier et on assiste ainsi à une certaine dérive à vouloir symboliser l'humanité dans ces lieux bétonnés. Rien qu'à travers ces deux exemples réunis en un seul : Une oeuvre d'art qui doit symboliser la vie dans un jardin de quartier !

Je m'arrêterais sur cet oeuvre d'art pour ne pas blesser l'auteur, mais que fait un pauvre jardin où l'on trouve 5 pieds de tomates, 3 carottes, et quelques fleurs, à qui profite vraiment ce petit jardin dans un arrondissement de 187 200 habitants ?

Pour les mêmes raisons que le jardin naturel, je trouve déraisonnable d'utiliser une surface comme celle-ci, à la place, nous aurions plus installer une piscine, une crèche, une école,un stade de foot, une salle ou une place pour faire la fête.

Pont levant de la rue de Crimée

Encore deux photos pour le prix d'une, dans un précédent « post », je vous avais présenté un pont tournant sur le canal saint-martin, et aujourd'hui, nous voici avec le dernier pont levant de Crimée (1885) sur le Canal de l'Ourcq.

Sur la première photos, nous distinguons, outre le pont dans sa position haute, les anciens magasins généraux réhabilités aujourd'hui en auberge de jeunesse, hôtel et restaurant( voilà une idée qu'elle est bonne !).

Sur la seconde photo, nous ne sommes pas en Chine, mais bien à Paris, car sitôt le pont descendu, les piétons, cyclistes prennent d'assaut le pont avant l'arrivée des premières voitures.

C'est ici que se termine ma balade du WE dans le Paris Nord Est