Paris en Vélo

27 juillet 2008

Paris par le Nord Est

 

Reprise du vélo, et par la même occasion, du fameux Blog « Paris en Vélo », aujourd'hui je vais m'aventurer à l'extrémité de mon quartier, je rappelle que j'habite Paris 15 (Sud Ouest de Paris) et je vais aller voir ce qui se passe au Nord Est de Paris, à Paris 20 pour être plus exact.

La couverture du périphérique à Porte de Lilas est un sujet qui m'intéresse depuis très longtemps, j'avais lu, en mars 2007, que la couverture du périphérique était effective et que nous assistions ainsi à la fin de la frontière entre Paris et sa Banlieue.

Malheureusement vous ne trouverez pas de photos de la Porte des Lilas sur mon blog, n'étant pas un spécialiste de la photo de chantier, je pense que je devrai revenir dans un an ou deux, pour voir si les travaux sont réellement terminés, car je n'ai découvert que gravats, grues, et panneaux de construction.

Je me suis donc informé sur le site internet de la maire de Paris et j'ai pu lire ceci (16/03/07) :

« Les travaux de la dalle de couverture du périphérique porte des Lilas sont achevés. La qualité de vie des riverains est au cœur des objectifs de cet ouvrage : forte diminution des nuisances sonores, amélioration de la liaison avec les communes voisines et de nouveaux espaces de vie en 2012. »

En fait achevé, dans ce cadre là, veut dire « bien commencé », mais en fait il faudra revenir en 2012, lorsque tout ceci sera réellement achevé (mince c'est le même mot mais pas la même définition!).

Villa Godin

Pour le néophyte qui ne connait pas les spécificités de chaque arrondissement parisien, le 2Oième se caractérise essentiellement par la présence d'anciennes maisons ouvrières et aussi par une dose de campagne à Paris. En fait, on retrouve beaucoup de maisons dans ce quartier, qui ont aujourd'hui la particularité d'être préservées et de constituer ainsi un ensemble de villas fort charmant.

Attention toutefois, toutes les villas ne valent pas forcément le coup de se déplacer, ni de les photographier.

Rue de Lesseps

La rue de Lesseps, sans issue, a la particularité d'avoir le seul jardin naturel de Paris crée en 1995, il aurait été certes plus accommodant de présenter une photo de ce jardin naturel, malheureusement il est tellement naturel qu'il est très difficile d'obtenir un bon résultat photographique. Et oui, je ne suis pas plus doué pour les jardins sauvages, que les chantiers.

Le jardin naturel fait partie de ces nouveaux jardins où le paysagiste fait confiance à l'évolution spontanée de la nature. Les oiseaux, les insectes et le vent sont ici les maîtres des plantations, et donc forcément pour l'urbain, pour la famille en poussette, c'est un plus austère qu'un bon parc des familles, on y trouve même une mare avec ses grenouilles et ses nénuphars. En général, j'ai un faible pour les projets écologiques, mais je trouve que certains n'ont toutefois pas leur place dans une grande cité, telle que Paris. En effet, ce jardin est si naturel que j'ai l'impression que les riverains ne peuvent pas profiter pleinement de cet air de repos. Pour un dimanche après-midi, je trouvais ce jardin bien vide comparé aux autres parcs parisiens.

Bref c'est dans les quartiers les plus défavorisés qu'on donne des espaces aux oiseaux et aux grenouilles !

Place des fêtes

Me voici sur la place des fêtes, un dimanche après-midi, d'habitude je pars plutôt le matin, et aujourd'hui je décide d'aller sur la place des fêtes l'après midi, malheureusement c'est le matin que se trouve l'un des marchés les plus populaires de Paris. Bravo pour mon organisation !

Cette mauvaise organisation me permettra toutefois d'apprécier la place des fêtes dans son plus simple élément, avec sa magnifique fontaine.

L'objet pyramidale que nous voyons trôner au centre de la place des fêtes est une fontaine de Martan Pan. L'oeuvre, désolé nous sommes obligés d'appeler cet horreur une oeuvre, a été inaugurée en 1986 et la soi-disant-artiste prononçait ceci à l'époque : "la fontaine est composée de cinq bassins concentriques prolongeant les emmarchements avec une faible dénivellation. Les gradins s’enroulent autour de la fontaine et la relient de tous côtés aux terrains environnants". Le courant d’eau est inversé de bassin en bassin, ce qui augmente visuellement sa rapidité.

Bref 22 ans après, l'objectif qui était d'introduire de l'art vivant dans ce quartier destructuré des immeubles 1960 ne me semble pas atteint.

Par contre, sur cette dalle, un peu de jardin naturel n'aurait peut être pas fait de mal, histoire d'équilibrer un peu contre ce tout-béton.

Eglise Saint-Serge

Voilà j'ai quitté le 20ième arrondissement pour rejoindre le 19ième, je découvre une église invisible de la rue, tout d'abord, j'aperçois une façade accessible par un portail ouvert, ensuite je découvre une ruelle avec une « bibliothèque », installée dans un garage, pour ensuite découvrir sur une petite colline, l'église orthodoxe Saint Serge. La ruelle avec sa bibliothèque et ses batiments non réhabilités ont ce côté interessant qu'ils permettent de se faire une idée des rues il y a fort longtemps; dans cette rue nous avons l'impression que le temps s'est arrêté sur ces bâtiments Parisiens et menacent de s'effondrer à tout moment.

Jardin de quartier -Rue de Crimée Paris et ses statues de Sébastien Combescot.

Voilà deux photos pour le prix d'une, la première permet notamment de voir une « oeuvre » de S. Combescot, un artiste du quartier, qui a intitulé son oeuvre « Tranches de vie »; Heureusement pour nous, il a pris le soin de mettre un texte explicatif pour nous expliquer comment comprendre son oeuvre. Globalement, j'avais une image plutôt positive de ce quartier éloigné, j'appréciais notamment son côté populaire; Toutefois, j'ai l'impression que certains intellectuels ont pris le dessus dans ce quartier et on assiste ainsi à une certaine dérive à vouloir symboliser l'humanité dans ces lieux bétonnés. Rien qu'à travers ces deux exemples réunis en un seul : Une oeuvre d'art qui doit symboliser la vie dans un jardin de quartier !

Je m'arrêterais sur cet oeuvre d'art pour ne pas blesser l'auteur, mais que fait un pauvre jardin où l'on trouve 5 pieds de tomates, 3 carottes, et quelques fleurs, à qui profite vraiment ce petit jardin dans un arrondissement de 187 200 habitants ?

Pour les mêmes raisons que le jardin naturel, je trouve déraisonnable d'utiliser une surface comme celle-ci, à la place, nous aurions plus installer une piscine, une crèche, une école,un stade de foot, une salle ou une place pour faire la fête.

Pont levant de la rue de Crimée

Encore deux photos pour le prix d'une, dans un précédent « post », je vous avais présenté un pont tournant sur le canal saint-martin, et aujourd'hui, nous voici avec le dernier pont levant de Crimée (1885) sur le Canal de l'Ourcq.

Sur la première photos, nous distinguons, outre le pont dans sa position haute, les anciens magasins généraux réhabilités aujourd'hui en auberge de jeunesse, hôtel et restaurant( voilà une idée qu'elle est bonne !).

Sur la seconde photo, nous ne sommes pas en Chine, mais bien à Paris, car sitôt le pont descendu, les piétons, cyclistes prennent d'assaut le pont avant l'arrivée des premières voitures.

C'est ici que se termine ma balade du WE dans le Paris Nord Est

Posté par fchabrun à 21:59 - Commentaires [3] - Permalien [#]


24 février 2008

Paris, les enceintes de Philippe Auguste..24/02/2008

Second week end avec une météo clémente, je repars de plus belle dans le centre de Paris et plus particulièrement dans les quartiers Odéon, Saint-Germain et Saint Paul.

Mon premier arrêt concernera la cour du commerce Saint André, dans le 6ième arrondissement
Cour du commerce Saint André

Ce beau petit passage en plein milieu du quartier latin a été édifié en 1776 et offre une image intéressante du vieux Paris avec ses maisons basses usées et patinées. Ce passage était notamment l'un des endroits les plus courus par les artistes et écrivains de la révolution française. On rencontre par exemple, l'ancienne imprimerie de Murat et la maison de Danton. A cette occasion, à la sortie de ce passage, on rencontre la fameuse statue de Danton, synonyme que l'on se trouve bien dans le quartier Latin.

Georges Jacques Danton

Je ne me permettrai pas de faire une bibliographie de Danton car pour ceux que cela intéresse, il y a tout ce qu'il faut sur Wikipédia. Cette statue est un symbole pour tous les Parisiens, car tous situent la statue de Danton dont le socle sert très souvent de lieu de rendez-vous avant d'aller dans l'un de la demi-douzaine de cinémas qui se trouve à proximité, mais beaucoup ignorent cependant que cette statue s'élève précisément à la place de la maison qu'habitait Danton au moment de la Révolution.

Cour de Rohan

Beaucoup de visiteurs passent à côté de cette charmante succession de courettes bordées d'élégantes demeures bourgeoises, et pour cause, celles-ci sont fermées par d'imposant portails électriques. Ses trois petites cours successives constituent l'une des ambiances médiévales et renaissances les mieux conservées de Paris. Vous pourrez aussi y découvrir le dernier "Pas-de-Mûle" de Paris (pierre servant à aider à monter à cheval). Au fait, pour l'anecdote, ce passage était à l'origine bloqué par l'enceinte Philippe Auguste, et aujourd'hui, une tour de la muraille est visible à l'intérieur de la maison de Catalogne, au coin de la Cour de l'hôtel de Rohan.

Passage Dauphine

Un endroit calme et paisible mais pour lequel je n'ai pas grand chose à écrire, ce passage donne toutefois l'accès à la Rue dauphine qui permet ensuite de rejoindre Place Dauphine (cf message précédent).

L'Institut de France

L'institut de France, vu de la rue Mazarine, de cette rue, on peut photographier sa fameuse coupole et en plus, par le plus grand des hasards, j'apprendrai qu'un parking recelait des morceaux du rempart érigé par Philippe Auguste..voir message un peu plus loin.

Quartier Saint Germain des Près

Comme beaucoup de quartiers parisiens, la fringue, la bouffe rapide et les banques ont envahi une partie de Saint Germain, toutefois toutes les rues n'ont pas été victimes de ce raz de marée, et à « Rue de Seine », il reste ce petit ilôt artistique où résident quelques belles galeries d'arts.

Enceinte de Philippe Auguste

L’enceinte de Philippe Auguste est la plus ancienne des enceintes de Paris, et là, prés du quartier Saint Paul, nous avons le droit à la plus longue portion (60 mètres) conservée de cette enceinte, cette enceinte a été réalisée entre 1190 et 1200, elle permettait de protéger Paris pendant le temps des croisades. Mais de combien était la population à cette époque ? C'est en faisant cette recherche que j'ai trouvé un résumé du livre Paris 1200 de John W. Baldwin :

« C'est sous le règne de Philippe Auguste que naît la ville-capitale. Nommant baillis et prévôts, administrant un authentique budget, le roi façonne aussi le visage de Paris : en 1100, la construction de Notre-Dame est à demi achevée, les rues et les places de l'île de la cité sont pavées, et des murs d'enceinte se dressent autour de la rive gauche. La population, quelque 50.000 habitants, est aussi dense qu'elle est mélangée » Voilà, j'ai eu la réponse et en plus trouvé une carte de Paris en 1572 et en bleu l'enceinte de Philippe Auguste.

Le Lycée Charlemagne

Le lycée Charlemagne se trouve 14 rue Charlemagne, en plein centre du quartier du Marais, un lycée pas vraiment les autres, d'abord il est situé dans un quartier riche en culture mais de nombreuses personnalités ont fréquenté cet établissement :

(Claude Allègre,Honoré de Balzac,Léon Blum,Francis Blanche,Théophile Gautier,Joseph Joffre, maréchal de France, Lionel Jospin,François et Philippe Léotard,Pierre Mesmer,Jules Michelet,Jules Renard,Léon Schwartzenberg).

Pendant que j'écrivais ces lignes, je me suis dit heureusement que l'on avait choisi le nom de Charlemagne, car sinon s'il avait fallu changer le nom à chaque personnalité cela n'aurait pas été simple.

Le village Saint Paul

De jolies petites cours permettent de découvrir des antiquaires et des brocanteurs et tout cela confère à cet endroit un charme très méditerranéen. Le village Saint Paul est le fruit d'une entière réhabilitation, il semblerait qu'aujourd'hui seuls les pavés sont d'origine.

L'hôtel de Sens

Voici l''hôtel de Sens qui est, avec l'hôtel de Cluny, l'un des seuls vestiges de l'architecture civile du Moyen-Age parisien. Véritable forteresse, il a été construit entre 1474 et 1519 pour l'évêque de Sens mais a subi de nombreuses restaurations depuis.

C'est notamment dans cet hôtel qu'a vécu de façon extravagante la reine Margot.

Notre Dame de Paris

Je n'écrirai rien sur Notre Dame, j'ai juste voulu prendre cette photo, car la veille je suis allé voir « Paris » et pour ceux qui ont vu le film, et bien cette photo est la carte postale du Camerounais(Benoit) qui viendra tenter sa chance à Paris.

La tour d'argent

Voilà, je ne connais que le nom de ce restaurant, je ne savais pas où il était situé et encore moins quel était son aspect architectural, donc en rentrant par le quai de la tournelle, je suis tombé sur l'un des restaurants les plus anciens d'Europe (1582). Le roi Henri III, Louis XIV,Madame de Sévigné, sont tous venus dans ce restaurant le plus couru de tous les temps mais dont la gastronomie n'est plus aussi spectaculaire (Plus qu'une étoile dans le dernier guide Michelin).

L'hôtel des Grandes Ecoles

Un hôtel tout simplement incroyable, la campagne à Paris, cet hôtel de charme est en fait un ensemble de maisons avec un jardin verdoyant et une courette pavée. Comme je l'ai déjà mentionné, ce blog ne fait pas de réclame (lecteur de NoLogo oblige), mais j'avoue que l'endroit me paraît des plus charmants pour passer un séjour dans la capitale française.

Sorbonne-Annexe droit

Voici les locaux des études de droit à Paris I (Sorbonne) situés sur la place du Panthéon et c'est justement là qu'Estelle fait ses études.

Le Panthéon

Le Panthéon est un monument de style néo-classique situé sur la montagne Sainte-Geneviève, dans le 5e arrondissement de Paris, au cœur du quartier latin et c'est là que s'arrêtera mon périple Philippe Auguste.

Construit à l'origine au XVIIIe siècle comme une église pour abriter la châsse de sainte Geneviève, ce monument a maintenant vocation à honorer des personnages et rappeler des événements ayant marqué l'histoire de France.

Posté par fchabrun à 21:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 février 2008

Paris au calme 17/02/08

Aujourd'hui 17 février 2008, cela fait un moment que je n'ai pas enfourché mon vélo et mitraillé Paris avec mon appareil photo, il est donc temps pour moi de reprendre du service. Aujourd'hui, il fait plutôt frais 0° ou 1°, mais le ciel est dégagé et le soleil brille, je n'ai donc plus d'excuses pour ne pas partir me balader et faire de nouvelles rencontres.

Ce dimanche va être consacré aux endroits : "Paris au calme" et mon parcours oscillera ainsi entre le 3ième arrondissement et le 4ième arrondissement.

Je suis le Dauphin de la Place Dauphine

Il n'est pas cinq heures, Paris ne se réveille pas mais les touristes sortent des hôtels pour aller arpenter les plus belles rues et places du monde.

Et là, je dois avoir à faire à des touristes chanceux ou doués dans leur choix d'hôtels, car je ne pense pas qu'il existe un meilleur départ que de commencer sa promenade Parisienne par la place Dauphine. Donc à tous les futurs touristes qui liront ces quelques mots, je ne peux que leur conseiller cette place.

Je pourrai aussi conseiller de séjourner à l'hôtel Henri IV, mais là, mes conseils peuvent être trompeurs, étant donné que je n'y ai jamais séjourné.

Hôtel Henri IV Place Dauphine

Pour la petite histoire, cette place est appelée Dauphine en l'honneur du dauphin (Pas Flipper, ni Jacques Dutronc) mais bel et bien le futur Louis XIII (fils d'Henri IV et de Marie de Médicis et évidement père de Louis XIV), elle est construite à l'emplacement de trois îlots (voir photos historiques de l'ile de la Cité que je n'ai pas trouvés) et constitue la seconde place royale parisienne du XVIIe siècle, après la place des Vosges.

Sur la première photo, on peut apercevoir au loin la statue d'Henri IV, et un peu plus loin, le square du Vert Galant. A ce propos, Pourquoi le bon roi? Henri IV a t-il été surnommé le "Vert-Galant" ?

Réponse : Car il multipliait les conquêtes amoureuses et s’intéressait au développement de l’élevage du ver à soie.

Square Vert-Galant, extrémité ouest de l'ile de la cité

Le square Vert Galant, accessible via le Pont neuf, et au loin le pont des Arts. Ce square a été créé suite à la réunion de plusieurs petites îles dont l'île aux Bureaux, l'île du Patriarche et l'île aux Juifs où furent brûlés les derniers templiers.

Allez, j'ai assez écrit sur l'histoire de France, passons à une époque plus contemporaine.

Lui, c'est Nino Quincampoix. C'est un rêveur qui travaille à Palace Vidéo....

Voilà la rue Quincampoix, lorsque j'ai découvert cette rue, j'ai toute de suite pensé à Amélie Poulain, mais voilà en cherchant un peu sur la rue, et bien elle n'a rien à voir avec le film, juste le nom d'un personnage...on peut se tromper de temps en temps, c'est humain.

La rue Quincampoix n'a rien de spéciale, excepté qu'elle se trouve à côté du centre d'art et de culture contemporain Pompidou.

Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou

Pas grand chose à écrire, je ne suis pas un grand adepte de cet art et de cette culture, il est tout de même la troisième institution la plus visitée à Paris France après le musée du Louvre et la tour Eiffel.

On peut voir sur cette photo, une invitation pour l'exposition en cours sur Richard Rogers. Mais qui est donc cet homme ? Ni plus, ni moins que l'architecte de "Notre-Dame de la Tuyauterie" avec Renzo Piano. Ce surnom est donné au centre Pompidou avec aussi le surnom de "Raffinerie de pétrole".

Pas très loin du centre, et dans la continuité de la culture contemporaine, nous trouvons les fontaines Stravinski.

Fontaine Stravinski

Ces fontaines n'avaient auparavant sur moi aucun effet, jusqu'au jour ou j'ai pu les apercevoir dans le film "Pars vite et reviens tard". Elles sont tout simplement devenues un personnage de ce film et on ne se lasse pas de les voir dans un vrai polar Parisien superbement bien réalisé par Régis Wargnier et je crois le dernier film d'un acteur que j'adorais Michel Serrault. Au fait, d'après M. Serrault, cette place serait le centre de Paris? A voir...

La rue des rosiers

L'idée de Sarko de "confier la mémoire" d'un enfant français juif victime de la Shoah aux enfants de CM2 suscite beaucoup de réflexion, moi je voudrais profiter de l'occasion de mon passage dans le quartier du Marais pour que l'on n'oublie pas deux sujets récents qui sont venus entacher l'histoire de cette rue et de ce quartier.

  • Le 9 août 1982, la rue des Rosiers a été le théâtre d'un violent attentat antisémite, la fusillade de la rue des Rosiers y fit six morts et vingt-deux blessés.

  • 26 mai 2006 : La Tribu Ka (mouvement se présentant comme le défenseur du peuple noir) se répand en insultes antisémites. Et en provocations à l’égard des " pédés " de la Ligue de défense juive. La tribu Ka serait aussi à l'origine de la torture et du meurtre de Ilan Halimi,paix à son âme, et pour les tortionnaires, je n'ai pas de mots pour décrire le dégoût et la pitié que je ressens pour ces pauvres animaux.

Voilà deux actes haineux, qui envahissent notre société et pour lesquels on se demande toujours quand et comment arrêter cela ?

Hôtel de Donon- Musée Cognacq-Jay

Un exemple d'Hôtel et jardins à la française que l'on peut découvrir en déambulant dans le quartier du Marais.

Hôtel ou Musée Carnavalet

Toujours dans le marais à admirer ces magnifiques hôtels, et voici que le musée Carnavalet (Rue de Sévigné) se présente à moi. Le musée Carnavalet ou musée de l'Histoire de Paris est consacré à l'Histoire de Paris des origines de la ville à nos jours, et comble du bonheur, lorsque je demande à visiter uniquement le jardin, on m'annonce que l'ensemble du musée est gratuit. Evidement, je n'avais pas prévu de visiter le musée, le plus parisien des musées de la capitale, mais cela ne sera que partie remise.

Jardin Saint Gilles Grand Veneur

Un peu plus loin dans le quartier, près de la rue Turenne, voici un nouvel ensemble de résidence ultra-calme, un peu de la même manière que la "cité des fleurs" du 17ième et je l'avoue que c'est un peu par hasard que je suis arrivé dans ce quartier ou plutôt dans cette résidence fermée. Ce jardin et ses résidences sont cachés au milieu d'immeubles dont l'architecture demande peut être à revoir mais cet ensemble de résidences permet à ces habitants de vivre dans une ville réduite où on imagine que chacun connait ses voisins et où le respect de l'autre est préservé. Toutefois j'ajouterai que les règles imposées sont peut être un peu rudes, voici l'écriteau que l'on peut lire lorsqu'on arrive dans ce quartier fermé: "Bienvenue dans notre résidence, merci de respecter la tranquillité, cris jeux de balles jeux bruyants bicyclettes et cyclomoteurs interdits, les chiens doivent être tenus en laisse. Transgresser ces règles exposerait à poursuites".

Autant vous dire, que cette résidence vit sous contrôle, un moment je me suis demandé si ce n'était pas une résidence pour retraités.

Port de plaisance Paris

Une marina ou plutôt un port de plaisance à Paris, avec vue sur la Bastille, et bien oui cela existe, magnifique cette photo qui vient clôturer cette merveilleuse promenade ensoleillée.

Posté par fchabrun à 21:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 janvier 2008

En attendant le retour du vélo...

Comme mon vélo est en phase d'hibernation, il y a donc peu de nouveautés sur ce blog, après avoir fait la promotion du prochain film de Klapisch, j'ai pensé que je pourrai écrire un peu sur mon quartier, le XVième arrondissement de Paris.

Donc le 15ième est le résultat de l'annexion des villages de Vaugirard et de Grenelle en 1860. Deux villages en plein Paris, est-ce vraiment possible, et là, de vieux souvenirs reviennent à moi ! Et oui car sous mon côté urbain, j'adore Paris, il se cache une jeunesse; une éducation sur les vieux terrains de football boueux mayennais, et plus précisément dans le village de Mézangers !

J'ai voulu faire donc une comparaison satellite entre les lieux où j'ai vécu,je vous laisse le soin de découvrir quel est la photo du village Mézangers(53) !

et la suivante :

Bon j'avoue, j'ai du tricher sur l'échelle, car la première photo est inexploitable. Donc le XVième arrondissement était, certes il y a fort longtemps, deux villages, et il se trouve que nous résidons actuellement sur celui de Vaugirard.

Il y a plus de 200 ans, la géographie relativement vallonnée du lieu favorisa l'exploitation de vignobles, et de carrières, ainsi de nombreux monuments de Paris, comme l'École Militaire, sont construits en pierre de Vaugirard.

Au fur et à mesure de la croissance de Paris, le village fut considéré par les Parisiens comme une proche banlieue, un agréable lieu de promenade campagnarde, avec ses guinguettes, ses cabarets.

Aujourd'hui, les seuls sites notables de ce quartier sont le Parc des Expositions (qui accueille par exemple la Foire de Paris, le salon de l'agriculture ou le Mondial de l'Automobile), et le Parc Georges Brassens, construit à l'emplacement d'un ancien abattoir, mais cher lecteur, comptez sur moi pour aller rencontrer d'autre lieux et pour vous en faire la publicité.

Sinon le 15ème en chiffres pour résumer :

Population : 225 362 Habitants en 1999, et pour comparer avec le département d'ou je viens (Mayenne), nous étions 285 338 hab, soit une densité de 55 hab /km2 alors que dans le XV, nous sommes à une densité : 26 576 habitants / km².

Sinon c'est le plus peuplé de Paris, avec 10.6 % de la population parisienne et la taille moyenne des ménages est de 1,80 personnes (Paris : 1,87 personnes)

Ma petite famille et moi remontons, et remonterons encore, la moyenne du XV, mais en même temps, cela ne m'étonne pas trop, vu le nombre de personnes âgées qui vivent seul dans le quartier !

J'ai voulu aussi faire un tour d'horizons des people connus du XV, c'est difficile, j'en ai trouvé qu'un pour le moment :

  • Bernard Menez (Il est le fils d’un agent des PTT et d’une mère au foyer), je crois que j'ai une personne de mon entourage qui correspond à ce profil....Il se présente aux élections européennes du 13 juin 2004 sur la liste du mouvement La France d’en bas Au premier tour des élections législatives de 2007, il recueille 367 suffrages.

Voilà c'est une petite anecdote sur mon quartier, en attendant la reprise de mon vélo dans les rues de Paris.

Posté par fchabrun à 17:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 janvier 2008

Paris, plus beau décor du cinéma

Je souhaite à toutes et à tous mes lecteurs assidus, une bonne et heureuse année 2008, ma résolution de 2008 est de faire un peu moins de vélo que l'année dernière....

Je plaisante bien sûr, bon, je n'ai pas encore repris le vélo, il fait plutôt froid en ce moment, et en plus, mes samedi soirs sont un peu chargés, les grasses matinées me font actuellement le plus grand bien.

Je commencerai donc cette année, avec un lien sur une vidéo, tout simplement 4 minutes de bonheur à regarder la bande annonce du prochain film de Cédric Klapisch.

Que de belles images de Paris ...

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18776056&cfilm=114860.html

A ce propos, combien de films, séries sont ils tournés dans le plus beau décor de France ? Bon j'ai déjà visionné 3 fois la bande annonce et je n'ai pas repéré tous les quartiers du film...j'ai encore des progrès à faire pour connaître chaque recoin de cette magnifique capitale qu'est Paris.

A ce propos, le film Paris de Klapisch sort le 20 février....

Posté par fchabrun à 22:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 juillet 2007

Paris en chanson 29/07/07

Je m' baladais sur l'avenue le coeur ouvert à l'inconnu...

L'avenue des Champs-Elysées, un jour d'arrivée du tour de France, pour beaucoup de coureurs, c'est la fin d'un long calvaire sportif comme médiatique, car cette année comme les autres années, le tour de France n'a pas échappé à la règle du dopage et des affaires qui vont avec.

Je devrai demander à « Paris Match » qui me retouche cette photo pour enlever les plots au milieu,(a défaut d'enlever les bourrelets de Sarkozy) et je pourrai ainsi avoir une photo des champs Elysées sans aucune voiture, un exploit !

Pour la petite leçon d'histoire, pensez qu'en 1770, (un peu plus de 200 ans), cette grande avenue permettait de sortir des tuileries et de rejoindre Versailles par la forêt, et ce n'était alors qu'un champ de boue et de poussière.

Siège social de la Banque Palatine

Voici un bâtiment des moins pratique et des plus laids entre l'avenue de Wagram et la l'avenue Hoche, c'est dans ce bâtiment que je passe le plus précieux de mon temps, et de cette photo, on peut même distinguer mon bureau ! Plus pour très longtemps, car le bâtiment est voué à une destruction pour faire place à une architecture plus en adéquation avec le quartier chic du 8ième.

La salle Pleyel réhabilitée...grâce à un prêt du groupe Caisse d’épargne.

La salle Pleyel est une salle de concerts symphoniques située près de la place de l’Étoile, et inaugurée en 1927. La salle Pleyel trouve sa lointaine origine dans les deux salles de concerts précédemment construites par Camille Pleyel, le fils d’Ignace Pleyel, fondateur en 1807 de la célèbre fabrique de pianos Pleyel.

La cathédrale Alexandre-Nevsky

La cathédrale Alexandre-Nevsky (12 Rue Daru) construite dans un style Bysantino-Moscovite est surprenante avec ses cinq bulles dorées dans le ciel Parisien. Le temps d'un instant, je ne suis plus à Paris, avec ses Notre Dame et Sacré coeur qui fleurissent les cartes postales mais dans une ville russe. Cette église et la présence ancienne de la communauté russe, dans les rues adjacentes confèrent à ce lieu un charme discret qui contribue au plaisir des promenades parisiennes en dehors des sentiers battus. Pour les petites anecdotes, le 12 juillet 1918, Pablo Picasso y a épousé la danseuse russe Olga Khokhlova, seconde curiosité, l'église abrite 2 paroisses, ainsi chaque dimanche, il y a 2 messes dans l'église. L'une en français à Sainte Trinité (église basse ou la crypte), l'autre en slavon à St Alexandre Nevski (l'église haute) .

Le goût de l'eau, le goût du pain

Et celui du Perlimpinpin

Dans le square des Batignolles !

Voilà, je suis arrivé dans le square des Batignolles chanté par Barbara dans sa chanson Perlimpinpin. Jusqu'au Premier Empire seulement quelques fermes occupaient le quartier des Batignolles, et c'est en 1860 que Paris annexe la commune des Batignolles et devint ainsi une partie du dix-septième arrondissement.

La construction du paysage est très esthétique et marque admirablement le style du siècle dernier, quelques petits bassins, une rivière artificielle, des allées sinueuses et même un manège rétro qui ravit les enfants de moins de 4 ans, c'est le plus grand des squares de quartier voulus par Napoléon III, car c'est à partir de 1876, sous Napoléon 3, que Paris s'est doté de Parcs et jardins à l'image de ce que qui se faisait en angleterre.

Parc Clichy-Batignolles

Voici un exemple des nouveaux parcs à l'image du XXIième siècle, c'est à si méprendre mais cette photo n'est pas une prison mais bien un terrain de hand ou de football.

Ce parc a été initié sous la mandature de B.Delanoe sur les friches des Batignolles, et a été dessiné par un architecte-urbaniste se présentant comme urbaniste durable, c'est pourquoi, ce parc se décline autour de 3 thèmes : les saisons, le sport et l’eau.

Le sport, j'ai vu, l'eau je l'ai reçu sur la tête, et pour les saisons, peut être que c'était caché et que je n'ai rien vu.

Ce parc devait être un des atouts pour la candidature de Paris aux JO 2012,son emplacement était réservé pour le village Olympique.

Je comprends très bien l'utilité de mettre des grilles autour d'un terrain de sport intégré dans un parc familial, mais je trouve cela tellement superficiel, trop urbain à mon gout que je n'ai pas vraiment envie d'aller jouer dans de telles conditions, je préfère de loin les terrains de football que l'on trouve près de bagatelle dans le bois de Boulogne. Ce nouveau parc renforce mon opinion initiale qu'il n'est pas sympathique et qu'il ne donne pas envie de se relaxer. Globalement, j'ai bien aimé ce qu'a fait Delanoe, mais ce parc rejoindra toutefois les projets négatifs à sa charge tels que les couloirs de bus ou de la fameuse nuit Blanche contemporaine.

Les amoureux qui s'becotent sur les bancs publics

Bancs publics, bancs publics

Pour continuer sur le thème de la chansonnette, je reprends G. Brassens et je repense à ces amoureux des bancs publiques, et je me pose la question, que serait il devenu ces amoureux sur les bancs de nos fameux architectes du XXI siècle?

Globalement, je ne suis pas contre le modernisme, mais là tout de même, je ne comprends pas, devons nous systématiquement renier ce qui marchait bien avant ? C'est sûr à vouloir faire un parc moderne, il faut trouver une harmonie à ce que tout soit moderne, mais là, je trouve que ces bancs sont d'une laideur et d'une utilisation peu pratique, on ne veut vraiment plus faire de beau...

Une éolienne à Paris...mort de rire

La seule éolienne de Paris, rien à dire, cela ne ressemble à rien, on a peut être voulu faire passer un message, mais là cela devient ironique, cette pauvre éolienne n'est là que pour le symbole, pas pour l'esthétique, ni le côté pratique, on reconnaît ici et là, les motivations des verts, au final, je trouve cela ridicule, et je pense même, que cela dénature le message censé faire passer.

Posté par fchabrun à 22:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2007

Paris Vélorution 15/07/07

Station vélib' de Vaugirard

velib_Vaugirard

Voilà après quelques jours sans PC, je reprends mon blog avec les quelques archives qu'il me reste. Alors aujourd'hui dimanche 15 juillet est une journée spéciale pour Paris et plus particulièrement sa relation avec le vélo.

Et oui, au lendemain du 14 juillet et avec la mise en place des vélib débute la vélorution à Paris.

Pour une journée spéciale, j'adopterai donc un planning différent, et le départ matinal sera repoussé pour un après midi dominical, et de pouvoir ainsi profiter de la météo clémente ainsi que des premières impressions de vélibiens !

La première station rencontrée près du métro Vaugirard permet de constater un certain succès après seulement une heure de mise en place!

Pour infos, et nous le constaterons plus tard, le vélib' est un véritable succès le dimanche, surtout lorsqu'il fait beau, et nous avons fait l'expérience qu'il est très difficile de trouver une station avec des vélos disponibles.

Station vélib' de la rue de Rennes

velib_rue_de_rennes

En ce jour de 15 juillet 2007, voici comment se vit une vélorution à Paris; la photo ci-dessus sera l'image la plus répandue dans Paris, des attroupements d'intéressés devant les stations vélib' a se poser la question de savoir comment ça marche. L'atmosphère est très détendue et ces nouveaux cyclistes sont très abordables et il n'y pas à dire, c'est devenu complètement branché que de faire du vélo pour se déplacer. Adieu la voiture décapotable et vive le bicloune.

Ile de la cité, un jour de beau temps au mois de Juillet

DSC03161

Voilà, c'est tellement rare d'avoir un soleil aussi radieux en ce mois de juillet 2007, que nous avons raison d'en profiter.

La Conciergerie

DSC03162

Voilà un monument fort étonnant de Paris et un peu mis à l'écart de la faune touristique, peut être est-ce à cause de son surnom d'antichambre de la mort; Ce que je trouve de remarquable ou plutôt d'extraordinaire est que la Conciergerie était pendant près de 4 siècles une des résidences des rois de France et que quasiment du jour au lendemain, cette résidence de luxe fut transformée en prison d'état.

Je m'imagine aujourd'hui transformer et renommer l'Elysée en Conciergerie II, penseriez vous que cela soit possible ? Et le comble serait d' y ré-installer Mr Chirac...

Dans le jeu de mes enquêtes sur l'histoire, j'ai cherché le lien qu'il pouvait y avoir entre Prison et Concierge ? Et bien, voici ce que j'ai trouvé, mais je ne suis pas vraiment convaincu :

Charles V de France décida de quitter le Palais de la Cité pour l'hôtel Saint-Pol; il y maintint son administration (Parlement, Chambre des Comptes, Chancellerie) et nomma un concierge. Au Moyen Âge, la Conciergerie constitue alors la prison du palais. C'est alors que débute l'histoire de la prison de la Conciergerie.

La Bastille

DSC03164

En ce jour de vélorution, et au lendemain du 14 juillet fête Nationale Française, quoi de plus normal que rendre visite à ce symbole révolutionnaire. Les dates du 27/28/29 juillet 1830 correspondent elles à la démolition de la prison ou bien à autre chose, à étudier....

Le Canal Saint Martin et une route dangereuse

DSC03168

Cet hiver, j'avais fait la promesse de revenir voir le beau canal, ses neuf écluses, ses rives plantées d'arbres, ses petits squares, ses ponts métalliques à la vénitienne ou tournants, plans d'eau parfois plus élevés que la chaussée elle-même, bref tous ces symboles qui composent l'un des plus romantiques paysages de la capitale.

Je voulais comparer ce nouveau paysage d'été avec celui que j'avais rencontré cet hiver, mais malheureusement, je ne pourrai pas réaliser de comparaison de mes photos car je suis tombé en rade de batteries !

Le parcours photo s'arrêtera là, mais je tenterai tout de même un “petit” exploit sportif qui consistera à traverser Paris, de la Porte de la Chapelle à la Marie du XV en 45 minutes. C'est sûr, que lorsqu'on ne s'attarde plus à regarder les paysages et à prendre des photos, et bien, on va beaucoup plus vite.

Alors comme c'est le canal Saint Martin, il y a beaucoup à dire et à écrire mais je ne me contenterai que de l'essentiel :

-D'abord que les parisiens ont sauvé le canal du Béton Pompidouien qui voulait en faire une autoroute. Décidément ce président collectionnait les fautes de goûts, entre son Centre contemporain, ses fameux autoroutes sur quais et la transformation des Halles qu'il partageait avec Messieurs j'ai-des-gouts-de-chiotte que sont Chirac et Giscard, on ne peut pas dire que Pompidou ait été une providence pour Paris.

-Donc le canal Saint-Martin reste l'un des paysages urbains les plus pittoresques de Paris et encore peu connus des touristes. Il apparaît dans de nombreux films traitants du charme de Paris: N'oublions pas que le canal est l'endroit préféré des ricochets d'Amélie Poulain et que c'est près du Canal que nous trouvons l'Hôtel du Nord de Marcel Carné.

Au fait la photo de la route dangereuse n'est pas une idée folle de nos architectes adorés, mais tout simplement un des 2 ponts tournants en pleine manœuvre pour pouvoir laisser passer les bateaux.

Posté par fchabrun à 22:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juillet 2007

La rebellion commence

Voilà un blog qui se soulève contre les autocars mal garés, mes amis la lutte commence, soutenons cet activisme acharné :http://josephbouvard.canalblog.com/

 

Posté par fchabrun à 23:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2007

Paris 14- Deuxième visite- 01/07/07

Le temple des sages

Voilà un lieu en plein Paris (XIV) qui respire la sagesse et la tranquillité au pied du bruyant périphérique, et ce lieu est la Cité Universitaire. Cette cité ne ressemble en rien aux cités universitaires françaises , elle a plutôt tendance à se rapprocher des campus Anglais ou Américain. A l'intérieur de ces 40 hectares, nous avons la possibilité de voir une petite ville à la campagne. Le calme qui y règne n'est pas pour nous faire oublier que nous sommes parmi les futures têtes de ce monde. Tout de même ce calme...peut parfois nous faire penser que nous sommes dans un monastère plutôt que dans la ville des lumières.


Villa Seurat

La villa Seurat est une villa au 101 Rue de la Tombe Issoire, c'est une petite impasse bordée de jolies maisons des années 1925 qui connurent de prestigieux locataires tels qu'Henry Miller, ou Soutine. Aujourd'hui cette impasse villa est composée essentiellement d'ateliers d'artistes.

Le géant d'Isoré

Le Géant d'Isoré(roi haut comme 3 pommes) était un roi qui vivait dans la forêt près de Paris et qui venait détrousser et assassiner les pèlerins qui s'en allaient à Saint Jacques de Compostelle. Lorsqu'il fut décapiter, le géant était si lourd et si grand qu'on décida de l'enterrer sur place d'où la Tombe d'Issoire.

Posté par fchabrun à 22:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juin 2007

Paris 14-Retour dans mon premier quartier

Aujourd'hui 17 juin, 2ième tour des élections législatives, déjà que de se promener en vélo à Paris le dimanche est très agréable, mais quand en plus, c'est jour d'élection alors là c'est encore mieux, car on ressent et on entend la politique à chaque coin de rue.

Pour ce dimanche, j'ai choisi comme thème, le retour dans le XIVième arrondissement et revoir comment il avait changé depuis que je l'ai quitté en 2000.

Le quartier « Plaisance Pernety » est un vieux quartier populaire circonscrit dans le triangle formé par la rue Vercingétorix et l'avenue du Maine. Longtemps un village,c'est la population ouvrière chassée par les grands travaux d'Haussman qui vint s'y installer.

Les immigrés tiennent nombre de cafés, petits commerces et restos pas chers et garantissent une certaine activité.

On dénote aussi dans ce quartier, une sensibilité écolo, les stationnements des deux cotés de la rue disparaissent au profit de trottoir plus large. Les nouvelles installations immobilières prennent en compte les activités de Parcs et jardins et les « dalles » sont civilisées par l'interdiction des deux roues motorisés.

Château Ouvrier

Il a suscité par le passé de vifs affrontements entre les associations du quartier et la municipalité, qui voulait initialement le détruire.
La lutte victorieuse contre les promoteurs, est un bâtiment imposant, symbolisant le logement social dans le 14ème. Réhabilité et de nouveau habité depuis 2004.
L’immeuble appelé le Château Ouvrier abrite, au rez-de -chaussée, des locaux associatifs qui ont ouverts leurs portes en octobre 2006.

Voici mon premier appartement, juste au dessus de la statue; La Rue de l'Eure est une toute petite rue, en 2000, deux voies permettaient de stationner, mais comme beaucoup de rues Parisiennes, la voie de droite a été supprimée au profit de trottoirs plus larges équipés de ces fameux poteaux pas très esthétiques et qui ont pour objet d'interdire le stationnement automobile sur le trottoir.

Impasse devenue Rue...

Voici l'impasse Florimont, drôle d'impasse, ça ressemble plutôt à une rue, non ? et bien non, il y avait une grande maison, en face de la numéro 10, qui a disparue avec son poete.Ce poète et chanteur qui habitait cet impasse de 1944 à 1966 n'est autre que Mr Brassens, et depuis plus rien, exceptée une horrible station service. Heureusement, on lui dédiera plus tard le plus beau parc du Xvième arrondissement.

La ceinture verte

Voilà la petite Gare « Ouest-Ceinture » de la ceinture verte, pour l'histoire et le futur de celle-ci, je repasserai plus tard, en attendant, voici un site avec quelques infos : http://petiteceinture.chez-alice.fr/
Aujourd'hui, la petite ceinture est en pleine réhabilitation, elle a été à deux doigts d'accueillir le tramway des maréchaux, mais aujourd'hui, son actualité est plutôt concernée par une ouverture aux promeneurs, espérons que cela soit le plus tôt possible, car il est regrettable de ne pas pouvoir se promener sur ce lieu interdit où l'on risque amendes et procès à chaque tentative de promenade.

Posté par fchabrun à 16:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]